Domicile Le saviez vous? Saviez-vous les parcs et réserves du Niger?

Saviez-vous les parcs et réserves du Niger?

par Ismaila Garba
634 vues

Au Niger, les aires protégées couvrent environ 6,6 % du territoire national et sont au nombre de six (06), classées selon leur superficie :

Réserve naturelle nationale de Termit Tin-Toumma (RNNTT) : Elle couvre environ une superficie de 86 215 000 hectares à l’est du Niger dans la région d’Agadez. Cette réserve a été créée en 2012 par le décret n°2012-075/PRN/MH/E du 6 mars 2012(modifiant et complétant le 27 juin 2021)   et constitue la plus grande réserve naturelle d’Afrique. Elle abrite le deuxième site connu en termes d’ancienneté en Afrique de l’âge du fer (peintures rupestres datant de – 3000 ans avant JC à Egaro), la plus grande nécropole africaine du néolithique (Gobero) et le plus grand site paléontologique fossile du Sahara (Gadafawa).

Réserve naturelle nationale de l’Aïr et du Ténéré (RNNAT) : Située au Nord du pays dans la région d’Agadez, s’étend entre les montagnes de l’Aïr (sommets à 2200 mètres) et le désert du Ténéré, elle couvre une superficie de 7 736 000 hectares. Cette réserve a été classée par le décret n°88-019/PCMS/MAG/E du 22 janvier 1988et figure sur la liste du Patrimoine Mondial depuis 1991.

Réserve partielle de faune de Dosso (RPFD) : Elle couvre superficie de 306 500 hectares et située au nord-est du parc national du W. Située dans la région de Dosso, elle a été créée par décret n°62-189/MER du 8 août 1962. Elle joue le rôle de zone tampon pour le parc W.

Parc national du  »W » du Niger : Il est situé à l’ouest du pays dans la région de Tillabéri et couvre une superficie de 220 000 hectares. Ce parc a été d’abord classé en forêt domaniale et en réserve de faune par décret n° 4676 du 25 juin 1953 et a été érigé ensuite en  »parc national » par décret du 4 août 1954. Classé site Ramsar en 1987, il est depuis 1996 inscrit site du Patrimoine Mondial et Réserve de Biosphère de l’UNESCO.

Réserve totale de faune de Tamou (RTFT) : Elle s’étend sur une superficie de 77 740 hectares par décret n°76-141/PCMS/MDR du 12 août 1976 dans la partie Ouest du pays, région de Tillabéri à proximité du parc régional W du Niger dont elle sert également de zone tampon.

Réserve totale de faune de Gadabéji (RTFG) : Elle est située au centre-sud du Niger dans la région de Maradi. La RTFG a été créée en 1955 sur une superficie de 76 000 hectares.

Cependant, il faut noter que la plupart des écosystèmes nigériens sont fragiles et vulnérables. Actuellement, les aires protégées du Niger sont confrontées à plusieurs menaces. Parmi les plus importantes, on peut citer :

L’exploitation illégale des ressources naturelles notamment l’or : Les aires protégées sont souvent riches en ressources naturelles. Hormis les ressources naturelles telles que le bois, le charbon de bois ( à travers la déforestation), nous assistons aujourd’hui à une prolifération continuelle des sites d’orpaillages informels dans presque toutes les aires protégées du pays, notamment dans la RNNTT, RNNAT et la RTFT.

Le braconnage : Les aires protégées du Niger font face à un problème majeur de braconnage, en particulier pour le trafic d’ivoire, de peaux d’animaux et de viande de brousse. Ces exploitations incontrôlées sont particulièrement fréquentes dans le parc du W.  

Les conflits armés ou le terrorisme : La plupart des parcs nationaux et réserves naturelles du Niger se trouvent aujourd’hui dans des zones touchées par des conflits armés. Les zones les plus concernées sont particulièrement l’Ouest (Parc du W, RTFT) et le Nord (RNNAT, RNNTT) du Pays. 

Le changement climatique : Toutes les aires protégées du Niger sont également affectées par le changement climatique, avec des températures plus élevées et des sécheresses plus fréquentes.  Ces menaces climatiques pèsent lourdement sur les ressources en eau, la perte de végétation, la perte de l’habitat et la migration des espèces.

Toutes ces menaces continuent à contribuer sans cesse à la dégradation des habitats et à la destruction de la biodiversité mais aussi et surtout rendent difficile la gestion et la protection de ces aires.

Dans les parcs et réserves du Niger, les espèces vivent aujourd’hui une forte compétition, inégale, et sont condamnées à la disparition, si des mesures urgentes ne sont pas prises. A l’heure actuelle, plus de 60 % du territoire national ont presque atteint le seuil critique de dégradation des habitats et plus de vingt espèces ont disparu ou sont au bord de l’extinction (Oryx, Addax, Autruche, etc.)

De nombreuses espèces de la faune, notamment les antilopes sahélo-sahariennes, sont en voie de disparition (Addax, Gazelle dama par exemple). Certaines espèces comme l’Oryx n’existent plus

UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE, 2010

D’une manière générale, il est crucial de prendre des mesures pour contrer ces menaces connues et assurer la protection des aires protégées du Niger afin de préserver la biodiversité et les écosystèmes fragiles qu’elles abritent.

Conservons nos aires protégées, conservons notre culture !

Related Posts

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies